L’actualité récente de nos OSC est marquée par d’intenses activités d’une association dénommée Jeunesse en mission pour le Développement. Porteuse de plusieurs projets dans le Grand Lomé au nombre desquels on peut citer la brigade jeunes anti covid19, le PARJ22, les travaux communautaires et salubrité, cette association présidée par Edzodzinam Komi ALAGBO et dont la marraine n’est autre que le premier ministre Victoire Dogbé, se démarque par l’engagement étonnant des membres qui la constituent, le caractère social, entreprenant et original de ces actions. En cinq questions, votre journal vous propose de la découvrir et pourquoi pas, d’y sentir une exhortation. Lisez-plutôt.

Le Liberal: Bonjour Président, que peut-on savoir sur la JEMD

EA: Bonjour,
Notre organisation Jeunesse en mission pour le développement (JEMD) a été créée en janvier 2010 par des jeunes vaillants et déterminés à donner un plus au développement et à l’épanouissement de la jeunesse. Notre but est donc d’œuvrer à l’épanouissement de la jeunesse et donc de lutter contre les maux qui minent cette dernière. Nous nous sommes donnés pour objectifs de changer la mentalité des jeunes en les amenant aux travaux communautaires, à s’associer aux initiatives des gouvernants, à se démarquer totalement des idées préconçues. Nous devons être différents et penser à donner en intelligence et en force pour l’évolution tant attendue de notre pays. Nous avons en cela défini plusieurs domaines d’intervention en l’occurrence la santé, l’environnement, l’éducation scolaire, le renforcement des capacités associatives et communautaires des jeunes et au leadership,… Dans le cadre de la santé par exemple, nous nous sommes donnés pour mission de lutter contre toute pandémie ou épidémie et la récente actualité sanitaire de notre pays nous a vu à l’œuvre. Nous œuvrons également activement à la scolarisation des jeunes filles en milieu rural, luttons contre les violences faites aux jeunes femmes aux foyers, nous travaillons à la protection des biens publics. L’engagement et la volonté sont les seuls critères d’adhésion du jeune à notre organisation.

Le Liberal : Quels dont vos moyens d’action et différentes réalisations?

EA: Nous fonctionnons essentiellement avec nos fonds propres. Notre premier atout, ce sont nos membre. C’est une ressource première qui nous permet de réaliser tout ce qui est apprécié aujourd’hui. Nous avons aussi des partenaires qui de temps à autre nous viennent en appui volontairement avec des moyens techniques, matériels et financiers par moment. Nous collaborons étroitement avec les mairies issues de la décentralisation, ce qui est une fierté pour nous.
Nos réalisations ne sont plus à coter. Je peux néanmoins relever mes divers travaux communautaires, les travaux de salubrité publique dans le Grand Lomé, les sensibilisations en milieu scolaire, la mise en place de la brigade Jeunes anti covid 19 et surtout le projet PARJ 22 dont nous sommes au troisième volet actuellement.

Le Liberal: Votre projet phare qui est le PARJ est en son troisième volet. De quoi s’agit-il?

EA: Le PARJ ( Projet annuel de reboisement des jeunes ) est un projet à grand reboisement que nous avions démarré en 2019 et qui est à sa quatrième reconduction.
Mais des 2021, le projet a connu nouveau tournant suite à un constat majeur, ce qui nous a fait basculer le projet en six volets notamment la formation et réception des attestations des diplômes, la restitution des acquis de cette formation, la mise en œuvre des pépinières, la mise en terre des plants le 1er juin, la sensibilisation sur les valeurs environnementales et enfin la poursuite des activités de salubrité et d’entretien de ces arbres. Mais dans le cadre de de projet, nous avons fait le constat que la penirie des jeunes plants pousse toutes les administrations, structures et autres à aller à la recherche des plants au centre national d’excellence forestière à Davié. Afin de mettre à disposition de ces différents acteurs désireux d’accompagner la politique verte de notre pays, ces plants, nous avons entamé les demandes nécessaires et obtenu la permission d’aller nous faire former dans ce centre, ce qui constitue le premier volet du PARJ. De janvier à juin 2020, soit six mois, nous avons donc été formé afin de donner une nouvelle dimension à notre projet d’emploi vert. La mise en œuvre de la pépinière, lancée le mois dernier nous permettra de produire 50 000 espèces fruitières, de foresterie et ornementale. Au 1er juin, nous mettrons à disposition ces plants à toutes les entités etatiques et privées et redistribué les bénéfices engrangés sur les investissements faits, à la jeunesse.

Le Liberal: Des difficultés?

EA: Les difficultés ne manquent pas mais nous avons un grand atout qui est la volonté et l’engagement de nos personnes ressources. La vaillance de nos jeunes permettent au travail de se dérouler sur des roulettes. Par contre en terme de financement, nous avons toutes les difficultés de ce monde car la plupart de nos activités se basent essentiellement sur nos propres cotisations, que ce soient pour des besoins de fonctionnement, ou des besoins d’operationnalisarion. Je profite donc par ce canal pour lancer un appel aux bonnes volontés qui voudraient soutenir notre organisation et nous orienter sur les plans techniques, matériels et financiers. Nos différents canaux de communication et de contacts sont disponibles à cet effet.
Nous avons néanmoins une grande personne ressource, une marraine, l’actuelle premier ministre Mme Victoire Dogbé qui a accepté nous accompagner. Cela s’est fait lors d’une activités rassemblant des associations de jeunes où nous avons eu l’honneur de nous présenter ainsi que nos idéaux et projets. Ayant pris la parole, elle s’est portée volontaire au sein de notre organisation et nous accompagne dans tout ce que nous faisons depuis lors en tant que marraine. C’est le lieu pour nous de la remercier pour cette confiance placée en notre modeste association, ainsi qu’à toutes ces têtes couronnées qui ne nous laissent tomber en terme de conseils, d’appuis, d’orientations,…

Le Liberal: Quelles sont vos attentes et perspectives?

EA: Notre attente est noble à la fin de tout ce que nous entreprenons. C’est de fermer les vides qu’il y a autour de l’action gouvernementale, communale et de la chefferie traditionnelle. Tous ces acteurs ne peuvent pas être partout et au même moment. Il est de notre responsabilité de les accompagner. Nous espérons également que notre jeunesse devienne une jeunesse nouvelle, engagée, dévouée, réfléchie, qui sait qu’elle a un rôle à jouer aux côtés des gouvernants et des populations. Que ce soit la démarcation de ces jeunes et qu’au finish, on prononce tous ensemble une phrase tel un slogan: « nous avons tous gagné ». Nous voulons aussi que nos expériences procurent aux jeunes l’envie et le courage d’arriver à quelque chose pour leur propre épanouissement, développement et contribuent à leur montrer leur vraie place dans notre société. Je vous remercie.

ASSOCIATION : JEUNESSE EN MISSION POUR LE DÉVELOPPEMENT-JEMD

CONTACTS : +228 91597649 / 98333280 / 91066976

jemdassociation@gmail.com / brigadejeunesanticovid@gmail.com

Facebook : Association : Jeunesse En Mission pour le Développement-JEMD

Réalisé par Démocrate

Source : Le Libéral