Le Gouvernement et ses partenaires économiques ont tenu ce mardi 29 mars 2022 à Lomé, la première réunion du Conseil de concertation État-Secteur privé de l’année 2022. Cette session présidée par Mme le Premier ministre, Victoire Tomégah-Dogbé, est placée sous le thème : “Faire de la ZLECAF, un levier pour la transformation structurelle de l’économie togolaise”.

La zone de libre-échange continentale africaine ZLECAF, véritable instrument de libéralisation du commerce sur le continent africain, ambitionne de consolider et de libéraliser le commerce des marchandises, des services et plus en Afrique. L’accord prévoit une suppression des droits de douane pour 90% des lignes tarifaires sur 5 ans pour les pays les plus développés et sur 10 ans pour les pays les moins avancés. Les droits de douane devront être supprimés à une échéance ultérieure pour 7% des lignes tarifaires.

Abordant le thème de la session, Komi Tsowou, chef projet ZLECAF au Centre de services régional au bureau du PNUD à Addis-Abeba, a édifié les participants sur l’importance de la zone de libre-échange continentale pour l’économie togolaise. Pour lui, le Togo se positionne déjà pour bénéficier des opportunités de la ZLECAF, avec 66% des exportations togolaises vers la CEDEAO. Le pays ambitionne aujourd’hui de se positionner sur les marchés en dehors de la CEDEAO grâce à la volonté politique du Chef de l’État, au hub régional de transport maritime et aérien, au hub financier, et aux zones industrielles du pays.

Dans son allocution, Mme le Premier ministre a salué la disponibilité du secteur privé et la résilience des entreprises togolaises dans un contexte de conjoncture mondiale. Elle a rassuré que le Gouvernement reste “attentif à l’évolution de la conjoncture pour prendre comme il l’a toujours fait, des mesures idoines afin de préserver la résilience de notre économie et soutenir le pouvoir d’achat des ménages.”

La Cheffe du Gouvernement a appelé à la mobilisation des acteurs publics et privés pour saisir pleinement les opportunités de cette vaste zone de libre-échange à l’échelle continentale.

“Nous pouvons donc retenir de cette session qu’il convient prioritairement, de renforcer le cadre institutionnel et organisationnel pour la mise en œuvre de la ZLECAF en recherchant plus d’efficacité, plus d’agilité. Nous devons accélérer le développement de stratégies de mise en œuvre des chaînes de valeur en lien avec les priorités de notre feuille de route gouvernementale et la stratégie nationale ZLECAF en tenant compte des secteurs à fort potentiel tels que, l’agro-industrie, les minerais, le textile, les services. Nous devons stimuler l’éclosion des champions nationaux, renforcer la diplomatie économique pour la mettre au service de notre économie, de nos ambitions.”, a-t-elle déclaré.

La rédaction