C’est décembre et déjà, tous les parents s’activent pour offrir d’agréables fêtes de fin d’année à leurs enfants. Face à cette situation, une question se pose : mais qui s’occupe des enfants orphelins ? Les enfants de l’orphelinat Kinderhaus Frieda d’Adidogomé n’ont plus de soucis à se faire car l’honorable députée Raymonde Kayi Lawson vient de répondre à leur interrogations.

Ce jeudi 16 décembre 2021, la députée Unir du Grand Lomé s’y est rendue les mains chargées de cadeaux. Des cadeaux qui permettront à ces enfants de célébrer Noël avec le sourire aux lèvres.

Pour l’honorable Raymonde Kayi Lawson, ce geste, entre dans son programme dénommé “Noël pour tous”.

C’est bientôt la fête de Noël et force est de constater que certains enfants n’auront pas l’occasion de bien fêter parce qu’ils n’ont pas cette chance d’avoir leurs parents avec eux. C’est pourquoi j’ai décider d’accompagner ces enfants à travers les centres qui les accueillent, les orphelinats. Vous savez, quand on est parent et qu’on deux ou trois enfants, c’est déjà pas facile et avoir à s’occuper de beaucoup d’enfants qui ne sont pas les nôtres c’est encore plus compliqué. Je me suis donc engagé dans ce noble combat aux côtés des orphelinats afin que ces jeunes aient aussi la chance qu’ont les autres enfants. Je sais que je ne peux pas tout couvrir mais j’invite d’autres bonnes volontés à tendre la main à d’autres orphelinats”, a précisé la donatrice.

Selon l’administrateur de l’orphelinat Kinderhaus Frieda, la joie qui anime les responsables de l’orphelinat et tous les pensionnaires est incommensurable. “Notre joie est tellement immense que nous ne savons pas comment l’exprimer, nous ne pouvons que dire un grand merci à l’honorable députée qui vient de nous surprendre aujourd’hui. Que Dieu la bénisse et lui rende au centuple ce geste”, a martelé AKPADZRA Mathias.

Créé en 2006, l’orphelinat Kinderhaus Frieda s’occupe de plus de 30 enfants de différents âges et de différents niveaux scolaires. Il est situé à dans la commune Golfe 7, non loin du marché d’Adidogomé Assiyéyé.