Le Réseau Africain pour la Formation, la Science et l’Emergence des Talents (RAFSET) de l’honorable Innocent  Kagbara et son partenaire Bras Ouverts Luna ont installé des poubelles écologiques dans les écoles du Togo dans le cadre du mois de l’écocitoyenneté.

L’événement a connu la présence de l’honorable député Innocent Kagbara, directeur exécutif du Réseau africain pour la formation, la science et l’émergence des talents (RAFSET).

« C’est un plaisir pour moi d’être parmi vous ce matin pour vous accompagner sur ce sujet prioritaire qu’est l’environnement, l’écologie. Nous saluons le fait qu’il y ait un club environnement au sein de l’établissement. Nous encourageons nos jeunes frères et sœurs à maîtriser les rouages de la protection de l’environnement et à sensibiliser leurs entourages », a déclaré le Député.

Pour Aymane Gbadamassi, l’initiateur du projet l’objectif est d’équiper les écoles de poubelles écologiques.

« Cette nouvelle phase du projet consiste à offrir des poubelles écologiques adéquates aux écoles pour le recyclage des plastiques. Cinquante poubelles au total seront offertes aux écoles », a t-il expliqué.

Mais comment fonctionneront les poubelles connectées ?  Le principe est simple.

D’abord, la poubelle va être identifiée par rapport à un positionnement GPS. Cette donnée va être intégrée sur une base de données, qui va être gérée par une application digitale », nous apprend Chris Atsu, concepteur des poubelles connectées.

« On va ensuite générer un QR-Code, qui va être attaché à la poubelle. Une fois que la poubelle est remplie au-delà de la moitié, il suffit qu’un utilisateur prenne son téléphone androïde, se connecte à internet pour envoyer une alerte en scannant le code. L’équipe de collecte viendra ainsi récupérer », a poursuivi Chris Atsu.

Pour précision, ces  poubelles fonctionnent  sans électricité.

Cet article est rédigé en collaboration avec l’Institut de la Francophonie pour le développement durable (IFDD), organe subsidiaire de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et l’Initiative jeunesse de lutte contre les changements climatiques.