Les manifestations politiques violentes organisées par le Parti National Panafricain (PNP) le 19 Août 2017 continuent toujours par faire des victimes. On dénombre toujours des disparitions dont celle du jeune et membre influent, Secrétaire Adjoint et porte parole de la jeunesse de ce parti à Anié où il vivait. Le jeune Dahoud Ateyodi puisque c’est de lui il s’agit est porté disparu bientôt deux ans.Que s’est-il réellement passé ?

Les faits

Jeune étudiant de son Etat et désespéré, selon les témoignages de sa famille, le jeune Dahoud participait aux réunions clandestines du parti PNP de Salifou Tikpi Atchadam depuis début 2017 à Anié, une trentaine kilomètres de la ville d’Atakpamé. Doté d’une grande qualité d’orateur et de mobilisateur hors paire, le jeune Dahoud Ateyodi à été négativement remarqué par certaines personnes qui ne partageaient les mêmes visions que le parti au cheval blanc. Le 19 Août 2017, il fait partie de ces jeunes qui ont fait trembler la ville d’Anié, il a su mobiliser plusieurs jeunes qui ont pris part à cette manifestation qui a failli emporter le pouvoir de Faure Gnassingbé, et a fait plusieurs morts et blessés malheureusement.

Disparition

Après cette gigantesque manifestation qui a donné de l’insomnie au régime de Lomé, le jeune Dahoud Ateyodi continuerait toujours par organiser des réunions clandestines jusqu’au début 2018 plus précisément 08 février 2018 où une des réunions qui devrait conclure sur une manifestation politique a été dispersée par les forces de l’ordre et de sécurité appuyées par certains jeunes en tenue civile. Bilan, des arrestations, bastonnades et plusieurs blessés enregistrés. Serait-il victime de sa prouesse de 19 Août 2017? Nous ne serions répondre à cette question puisque depuis la date de cette réunion, le jeune Dahoud Ateyodi est porté disparu et les membres de sa famille ne savent pas à quel saint se vouer.

Espoir

Visiblement désespérée, la famille du jeune garde toujours une lueur d’espoir. Elle espère retrouver leur fils un jour, et pour y arriver, elle a besoin de tout le monde. Selon eux, leur enfant n’est pas mort, il serait vivant quelque part, “nous sommes des africains, nous avons chercher notre enfant et on nous fait savoir qu’il est toujours vivant, où ? Nous ne saurions le dire”, nous confie un proche du jeune.

 

La Rédaction