Le secteur de l’enseignement supérieur est confronté depuis des années à une salade de problèmes. Prenant la tête du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche dans le nouveau gouvernement de Victoire Tomégah-Dogbé,   le Professeur Majesté Ihou Wateba affectueusement appelé  “ Sa Majesté ”  par la rédaction d’Ndiinfos, a décidé de mettre de l’ordre dans la cour. Cette volonté se traduit par la signature d’une  convention de partenariat entre les Universités Publiques du Togo (UPT) et le Conseil des Etablissements Privés d’Enseignement Supérieur (CEPES)  ce vendredi 16 juillet 2021 sous l’égide du Ministre à la Présidence de l’Université de Lomé. 

Ladite convention quinquennale,  va d’une part assainir le secteur de l’enseignement supérieur au Togo et d’autre part permettre aux établissements privés de se conformer aux dispositions du CAMES en matière d’enseignement. 

Assainissement du secteur de l’enseignement supérieur du Togo

Pour sa “Majesté”, il est temps, de casser la méfiance qui existe dans le monde de l’enseignement supérieur au Togo. 

Les grands bénéficiaires de la convention de partenariat restent les établissements privés qui, dit-il, auront dans les années à venir en leur sein, des enseignants universitaires de niveau international “, estime t-il.

Les enseignants des établissements privés, grands bénéficiaires de cette convention

Cette convention qui répond à la vision du président Faure Gnassingbé qui attend faire de la qualité de l’enseignement un Label au Togo, a pour but, de permettre aux universités privées ou aux établissements d’enseignement supérieurs d’être accompagnés dans l’art d’enseigner pour ensuite pouvoir gravir toutes les étapes du CAMES, c’est à dire les programmes pour ceux qui ont les bons diplômes au niveau de ces écoles, le partenariat va leur permettre de les accompagner de devenir Maître assistant, prof agrégé, prof titulaire etc,”  martèle le site d’information togotimes.info

 

Une convention qu’il résulte des audits menés par le ministère  

S’il faut féliciter l’UPT et le CEPES pour leur hauteur d’esprit, il faut a priori jeter des fleurs au ministre Ihou Wateba pour son engagement à faire de l’enseignement supérieur un pilier de développement. 

Avant son arrivée à la tête dudit ministère, l’on constatait une bouillabaisse de maux. Des dysfonctionnements n’en parlons pas. La faiblesse de la qualité des offres de formation, l’absence d’évaluation des enseignants et d’un organe opérationnel de contrôle et d’éthique d’enseignement, des enseignant obsolètes, des cours non actualisés, les fraudes aux examens,  les mauvaises pratiques  de certains établissements, les absences injustifiées des enseignants aux cours,  le manque de ressources financières pour payer les enseignants, le manque d’infrastructures, les harcèlements sexuels sont quelques maux dont souffre l’enseignement supérieur au Togo. 

A ces maux,  s‘ajoute la lancinante question du chômage. Les diplômes délivrés  ne répondent pas aux exigences du marché de l’emploi. Certains parents sacrifient des millions de FCFA pour l’éducation de leurs enfants et finissent par mourir de chagrin. Comme le dit-on, ” Les universités  pondent des chômeurs“.

Le ministre a décidé de creuser l’abcès pour l’intérêt supérieur de la nation à travers des reformes

Parmi les reformes initiées par sa Majesté” on peut citer: un plan stratégique qui répond aux besoins en qualité des offres de formation, l’évaluation permanente et continue des enseignants, la création d’un organe de contrôle et d’éthique dans l’enseignement, un financement adéquat aux universités pour leur permettre de répondre au besoin de manque d’équipements de recherche et d’infrastructures appropriées pour le plein épanouissement des universités. 

En somme il ne s’agira plus de former des diplômés chômeurs mais des diplômés entrepreneurs, prêts à répondre aux besoins du marché.

Encore une fois félicitations au ministre Ihou Wateba pour avoir pris les taureaux par les cornes.  Mais à quand l’Assemblée Générale du Conseil des Etablissements Privés d’Enseignement Supérieur (CEPES) ?

Selon nos confrères du site d’information afriquedirect.com dans leur article intitulé: Le CEPES au bord de l’implosion, qui pour le sauver? le CEPES est au bord du gouffre. 

Après 04 ans de gestion à la Soviétique d’un premier mandat prolongé de 12 mois et d’un deuxième mandat prolongé de 15 mois déjà, le bilan du président Macy Marcel Akakpo à la tête de cette association est chaotique voire négatif et il urge qu’une Assemblée Générale soit organisée dans les meilleurs délais pour redonner vie au CEPES et ramener la sérénité dans la maison. Mais vraisemblablement, le président du CEPES ne l’entend pas de cette oreille et préfère jouer à la diversion pour prolonger illégalement son mandat”, peut-on lire dans cet article. 

Sa ” Majesté” n‘est-il pas urgent que vous voyez plus clair dans ce dossier ? 

Affaire à suivre !!!

Ndiinfos 

Journal Ndiinfos Récépissé N° 062/29/04/2021/HAAC. Contact : +228 92 55 91 81 / +228 92 45 32 78 fagbeko33@gmail.com N° RCCM : TG-LFW-01-2020-B13-05197 NIF : 100175890 N° CNSS : 1311692