Lomé a abrité en ce début de semaine la deuxième réunion consacrée à la crise qui secoue la République du Mali depuis quelques mois. L’initiative de   Lomé visait à trouver des voies et moyens pour faire sortir le Mali de cette zone de turbulence. Un Pari gagné, car les conclusions de cette réunion ont été satisfaisantes.

Au terme des travaux du Groupe de Suivi et de Soutien à la Transition au Mali (GST-Mali) composé des institutions sous- régionales, continentales et internationales, les participant à cette rencontre de haut niveau ont félicité le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé pour sa détermination et son engagement.

« Naturellement, nous étions aux anges puisque c’est une conférence qui a réussi avec l’engagement et la détermination du Président de la République. Cette posture montre la solidarité du Togo vis-à-vis du Mali, celle d’un peuple africain vis-à-vis d’un peuple frère », a déclaré  M. Zeïni Moulaye , Ministre Malien des Affaires Étrangères.

Pour Faure Gnassingbé, c’est un devoir d’aider le Mali à sortir de sa crise politique.

« Notre soutien au Mali dans le cadre de ce Groupe sera davantage plus performant, plus efficace, et plus ciblé pour créer un impact positif et durable sur les défis les plus pressants. Je voudrais pour ma part, au nom de la République Togolaise, réaffirmer notre disponibilité et notre engagement, sans faille à soutenir la République sœur du Mali et à adhérer aux initiatives innovantes et solidaires, à l’image de ce groupe, qui permettront de remettre ce pays frère sur la voie de la stabilité, de la paix et du développement durable », a signifié le jeune doyen à l’ouverture des travaux.

L’aboutissement heureux de ces travaux est aussi l’implication des institutions comme le FMI et bien d’autres. « Les organisations,  membres du Groupe de suivi et de soutien à la transition au Mali (GST-Mali)  se sont également réjouies des contributions des partenaires bilatéraux et multilatéraux notamment le Fonds monétaire international (FMI) pour l’implémentation des réformes économiques prévues par le gouvernement malien », renseignent les sources officielles de la Présidence de la République.

« Les participants ont unanimement salué les progrès réalisés par les autorités de la transition dans la mise en œuvre effective des réformes politiques et institutionnelles, et l’état de préparation des élections générales de 2022. Ils se sont particulièrement félicités du parachèvement de la mise en place des organes de la transition dont le fonctionnement constitue une nouvelle dynamique de confiance entre les parties prenantes, la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, la situation économique, sociale et humanitaire ainsi que les défis liés aux questions de défense et de sécurité », rajoutent-ils.

Dans la foulée de ces travaux, l’Ambassadeur Smaïl Chergui, Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine (UA), Commandeur de l’Ordre du Mono a été élevé  à la dignité de Commandeur de l’Ordre du Mono. Une distinction qui traduit  les efforts que fournit ce diplomate pour préserver la paix sur le continent Africain.

Smaïl Chergui a saisi l’occasion pour exprimer toute sa reconnaissance au Chef de l’Etat togolais pour son engagement pour la paix en Afrique.

“C’est un honneur particulier pour moi d’être élevé à la dignité du Togo. Ce geste  qui m’honore et honore l’Union africaine et mon pays l’Algérie représente un témoignage de l’amitié et de la confiance et surtout le partage en commun que nous avons avec le Président de la République dans la volonté d’aider  le continent africain à dresser les questions de paix et de sécurité. Je crois que cette médaille, à travers mon humble personne, est un  hymne national à cette volonté de contribuer à la paix,  la sécurité et la stabilité de notre continent” , a-t-il confié.

Pour le diplomate, Faure Gnassingbé est faiseur de paix.

 « Le Président Faure  Gnassingbé est connu pour ses efforts discrets mais résolus pour venir en aide aux pays frères comme le Mali. Il a très tôt exprimé son engagement pour aider les frères maliens à se réconcilier et à retrouver le chemin de l’ordre constitutionnel. Par le passé, le Président de la République a eu également à intervenir dans d’autres lieux du continent, c’est ce que nous apprécions de lui, cet engagement, ce panafricanisme », a-t-il ajouté.

Rappelons que le gouvernement  togolais a réaffirmé toute sa disponibilité  au peuple malien pour un dénouement heureux de cette situation politique.

 

Frédéric AGBEKO