Dans un communiqué en date du 14 juin 2021,  la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication ( HAAC) a pris d’importantes décisions concernant la diffusion des publicités des tradithérapeutes et celle des messages et spots  publicitaires. Des décisions que l’Honorable Innocent Kagbara félicite. Il nous a donné les raisons de son enthousiasme dans un entretien que nous vous proposons dans la rubrique ”Bonjour Honorable” de ce jour.

Bonjour Honorable, vous semblez se réjouir du récent communiqué de la HAAC. Qu’est-ce qui explique votre position ?

A priori, je voudrais toute la rédaction de Ndiinfos pour le travail que vous faites. Pour revenir sur le communiqué de la HAAC, je tiens à féliciter l’institution pour avoir pris les taureaux par les cornes. C’est ce que j’appelle d’une institution forte. Le chemin est encore long mais nos institutions commencent par bien fonctionner.

Ce communiqué de la HAAC prend en compte deux aspects: l’aspect de la régulation et celui de la sanction.

Il était temps d’arrêter l’hémorragie. Le secteur publicitaire au Togo est désordonné. Chacun se lève et fait ce que bon lui semble parce que ce dernier ou cette dernière a un peu de sous, on se croit tout permis. 

Les affiches publicitaires à Lomé ne respectent aucune règle. La faute revient essentiellement à ces agences de publicité ou de communication qui pour le bien de leurs trésoreries, se permettent d’exposer des affiches publicitaires qui ne véhiculent aucun message sérieux. 

Il faut que ce secteur soit vraiment réglementé pour mettre fin à ces désordres. Heureusement la HAAC a pris le devant des choses. Nous étions d’ailleurs en train de faire une interpellation au parlement en ce qui concerne le domaine publicitaire au Togo.

L’autre chose que j’ai appréciée du communiqué de la HAAC dont je salue le Président Pitalounani TELOU, est l’interdiction de la diffusion de la publicité des tradithérapeutes.  C’est des faits à démotiver. 

Ces tradithérapeutes qui pour la plupart des cas n’ont pas la compétence ou la formation adéquate pour exercer ce métier. Nos concitoyens mettent leurs vies en danger en le livrant aux produits des tradithérapeutes. 

Le comble, ils proposent des remèdes impossibles à certaines maladies telles que le cancer, le diabète et bien d’autres. Il ne suffit pas juste de savoir mélanger deux plantes pour guérir un début de paludisme, pour s’autoproclamer tradithérapeutes. Il doit obligatoirement avoir un organe agrée par le ministère de la Santé pour délivrer des accréditations aux tradithérapeutes remplissant les conditions nécessaires. 

Nos radios et télévisions sont devenues les canaux pour ces derniers pour convaincre nos frères et sœurs surtout les personnes âgées. Tout ceci à des fins de buisines.

Nous n’hésiterons pas à faire cas du sujet au parlement dans les jours à venir. 

Honorable votre dernier mot.

Encore une fois félicitations à la HAAC pour son sens de responsabilité. J’invite mes concitoyens à ne pas tomber dans le piège des tradithérapeutes sans formation. La médecine traditionnelle n’est pas une mauvaise chose, mais il faut faire beaucoup attention aux vendeurs d’illusions.

Ndiinfos