Il est l’un des acteurs de l’écosystème médiatique le plus discret mais très efficace. Simple, loquace, brillant et professionnel, celui que tous les journalistes appellent affectueusement Démocrate, se distingue par sa vision, sa noblesse et ses efforts dans l’atteinte des résultats des plus inespérés. Son profil a intéressé notre journal qui est allé à sa rencontre pour votre plus grand plaisir.

 

           

De son vrai nom, Kodjovi Yves- Rolland KOUDAMA, il est né un 11 mai 1992. Une période bien marquante dans l’histoire socio-politique de notre pays, d’où le prénom Démocrate que ses parents, Caristes lui ont donné, mais qui ne pouvait être inscrit sur son acte de naissance.

« Mon papa m’a interdit de faire de la politique, ce que j’ai inscrit en règle d’or dans tout ce que je fais dans ma vie. Le journalisme et la communication outre mesure, ce n’est pas forcément de la politique comme souvent c’est le cas en Afrique. Je suis loin d’être un politique», confie-t-il.

Après son BAC II obtenu brillamment à l’âge de 16 ans en 2008, Démocrate suivit des cours de droit à la Faculté de droit de l’UL, selon la volonté de son père qui voulait un avocat dans la famille.

« Je n’ai jamais voulu de cela, mais je n’étais pas encore majeur et j’avais besoin de l’autorisation parentale pour faire des études supérieures.», raconte-t-il amèrement, lui qui déjà à 3 ans s’exprimait couramment en français en commentant les matchs de football du Real Madrid de l’époque des galactiques.

Ce n’est qu’en 2012 que celui qui nous intéresse ce jour croisera finalement son destin. En effet, cette année au regard de ses conditions de vie, il décida de s’affranchir de la volonté paternelle.

 

           

«Il y avait le siège d’un journal pas loin d’un terrain de foot où je jouais habituellement au quartier, à Agoè Cacaveli. Un soir, j’ai poussé ma curiosité et j’y suis rentré sans me douter que je ferai la rencontre qui changera ma vie».

 Et c’est ce qui est arrivé. Il rencontra Fabrice Petchezi, un chevronné de la presse togolaise, actuellement Président de l’Observatoire Togolais des Médias (OTM).

« Je lui dois tout en fait. Il est l’exemple typique de l’équilibre, du professionnalisme, de la loyauté et de l’efficacité en termes de communication. A ces côtés, j’ai tellement appris. Tout ce que je fais, mon envie de continuer et d’en savoir plus, cette passion a été plus aiguisée par sa manière de me polir. Fabrice, c’est comme un père et je ne saurai jamais assez le remercier de m’avoir mis au monde dans cet univers», tels sont ces propos pleins d’émotions envers le Directeur de publication du journal Le Libéral, qui l’a vu naître et éclore.

Mais Démocrate, c’est également des passages sur le site manationtogo.com, la matérialisation du site 228news.com, lomebougeinfo. com, l’hebdomadaire Innov Africa, sur 6 années où il a amplement laissé son indéniable empreinte.

Sollicité un peu partout pour son talent et sa perspicacité, il a senti enfin le désir de l’entrepreneuriat. L’idée tombe à pic. Avec son ami de toujours, Kougnigban Amorin, ils ont en 2017, hérité d’un projet démarré ensemble en 2016: l’hebdomadaire « La Renaissance».

Le projet semblait souffrir de la lassitude de son porteur, Yevu Edmond, un noble passionné de la communication et de l’indisponibilité de Kougnigban devenu chargé de communication national de l’Eglise des assemblées de Dieu du Togo, une année après son lancement.

L’occasion rêvée pour notre ami de faire ses preuves. Démocrate donne sa vision à la plume. Dénonciations, critiques, analyses, avec des collaborateurs aussi chevronnés que déterminés, le journal la Renaissance n’aura jamais autant faire parler. Les exemples de gros titres font légion.

« Nous recevions souvent des appels pour ci ou ça, je ne dirai si ce sont des menaces ou pas. J’étais sûr d’une chose et je ne cesse de le clamer, dans ce métier, personne ne pourra te protéger à part le professionnalisme. Je me tue à ce que ceux avec qui je travaille s’évertuent à en faire un slogan.»

Le pedigree lui donne bien raison. En 2017, il est prix d’excellence René Descamps International (RDI), presse écrite du Togo. Engagé au sein de l’association Journalistes en Mission pour le Développement (JMD), il est l’un de ces rares hommes de médias à embrasser la cause du développement du Togo à travers la mise en valeurs de ses potentialités et valeurs ignorées dans les coins et recoins du pays, dans les zones rurales les plus enclavées.

Récemment, Yves-Rolland s’est repositionné en consultant et conseiller en communication après des études en Diplomatie, protocole et relations publiques dans une université privée de la place.

Cela lui a valu le regard de bien de grandes personnalités à l’instar des responsables d’associations, d’ONG, d’entreprises, des figures marquantes de la finance au plan local et international dont il a préféré faire le nom pour les besoins de son travail.

Avec quelques confrères aguerris, ils contribuent aujourd’hui avec détermination à la matérialisation de la décentralisation au Togo avec la plateforme Échos des communes qui dispose d’un bi-hebdomadaire « Journal des communes» dont il est le Directeur de la Rédaction, et le site Échos des communes.

« Démocrate, je ne sais pas comment le qualifier. C’est la pierre angulaire en fait. Personne n’est indispensable certes, mais quand il est là, il y a la différence. Je me demande comment il fait et ce qui est son secret», a lâché volontiers Elom Kpogo, le responsable de la plateforme.

Par ailleurs, il est un prestataire de services en communication. Animation, maître de cérémonie, événementiel, …voilà autant de domaines dans lesquels il excelle, lui qui a toujours rêvé d’avoir une agence de communication.

« C’est mon rêve ultime. Une agence de communication i n s t i t u t i o n n e l l e , événementielle et mulisectorielle. Je l’ai toujours nourri et tout ce que je fais concourt à cela. Les cailloux sont invisibles, mais je sais être en mesure d’être l’initiateur du premier grand groupe de médias au Togo», a-t-il confié les yeux brillants.

Autant d’éloges et de compliments pour un jeune, à peine ma trentaine, mais qui est loin de faire l’unanimité.  Démocrate en effet, c’est aussi le mal aimé de la presse togolaise, considéré comme égocentrique par une partie de la presse togolaise, impulsif par une frange.

Bon an, mal an, ce jeune trace son chemin dans cet épineux microcosme caractérisé par la duplicité, les intérêts.Une chose est certaine, il est l’une des figures incontestables du journalisme et de la communication d’avenir au Togo dont les idéaux, les opinions et actions contribueront à l’éclosion du secteur et au rayonnement du Togo.

Frédéric AGBEKO

Journal Ndiinfos Récépissé N° 062/29/04/2021/HAACContact : +228 92 55 91 81 / +228 92 45 32 78 fagbeko33@gmail.com N° RCCM : TG-LFW-01-2020-B13-05197 NIF : 100175890 N° CNSS : 1311692