Le Parlement togolais a autorisé ce mardi 11 mai 2021 l’adhésion du Togo à la Convention sur l’eau et à la ratification de la Charte africaine dans le cadre de la sécurité routière.  C’était au cours de la huitième séance plénière de la première session ordinaire de l’année sous la présidence de Yawa Djigbodi Tsègan, Présidente de l’Assemblée nationale en présence de Bolidja Tiem, ministre de l’eau et de l’hydraulique villageoise et Affoh Atcha-Dedji, ministre des transports routiers, aériens et ferroviaires.

Le premier projet de loi autorisant l’adhésion du Togo à la Convention des Nations Unies sur la protection et l’utilisation des cours d’eau transfrontières et des lacs internationaux, adoptée le 17 mars 1992 appelée « Convention sur l’eau » propose un cadre, sous l’égide des Nations unies, pour assurer la sécurité en matière d’eau ainsi que pour prévenir des conflits ayant pour origine l’eau et en faciliter la résolution. Cette convention vise à protéger et garantir la quantité, la qualité et l’utilisation durable des eaux transfrontières.

En adhérant à la Convention sur l’eau, le Togo se dote d’outils normatifs, institutionnels et infrastructurels nécessaires à la préservation de la qualité de la ressource en eau. Le pays va accéder ainsi à l’aide financière et à la coopération des donateurs. En outre, cette adhésion offre un cadre de prévention des conflits, de promotion de la paix et de l’intégration régionale en matière d’eau.

Le ministre de l’eau et de l’hydraulique villageoise Bolidja Tiem a annoncé que « l’objectif principal de la convention sur l’eau est de renforcer les mesures prises au plan local, national et régional pour préserver et garantir l’utilisation écologiquement durable des eaux de surface et des eaux souterraines transfrontalières ».

Le deuxième projet de loi vise à accélérer la mise en œuvre des programmes de sécurité routière à l’échelle nationale, régionale et continentale. En contribuant à la coordination de la sécurité routière sur le continent, la charte sur la sécurité routière crée un environnement qui améliore la gestion des questions liées à la circulation routière en Afrique et engage les pays à accélérer la mise en place des routes plus sûres.

« La charte africaine sur la sécurité routière vient allonger la série des conventions et codes relatifs aux transports routiers, aériens et ferroviaires, dont notre pays s’est doté ces dernières années en vue de renforcer son arsenal juridique pour faire du Togo un pays émergent dans le cadre de la feuille de route », a indiqué Affoh Atcha-Dedji, ministre des transports routiers, aériens et ferroviaires.

La Présidente de l’Assemblée nationale Yawa Djigbodi Tsègan a salué les efforts du gouvernement, sous l’impulsion du Président de la République, visant à doter notre pays d’un arsenal juridique et institutionnel en vue de prévenir, maîtriser et réduire tout impact transfrontière en matière d’eau ainsi que l’amélioration de la sécurité routière.

« En sollicitant l’adhésion du Togo à ces deux instruments internationaux d’envergure, le Gouvernement fait preuve une fois de plus, de son engagement à inscrire durablement notre pays dans la dynamique internationale guidée par le multilatéralisme. Il s’agit d’une détermination en cohérence avec la vision du Président de la République, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé, visant à maximiser le bien-être collectif sur la base de la mutualisation internationale et régionale. », a-t-elle indiqué.

La Rédaction.