Le décrié chef du village de Nimagnan mandataire des biens de cette collectivité, après avoir tant jouer au dilatoire e à la supercherie, n’a plus beaucoup de temps devant lui, dans ses déboires. 

Un tournant décisif vient en effet d’être amorcé dans l’affaire de fausses empreintes lui opposant à son cousin et comandataire germain KOMAHE Kodjogan, dans le cadre de la vente illégalle des parcelles de la collectivité.

Au terme de notre expertise, nous pouvons affirmer que l’empreinte digitale apposée sur l’attestation et reconnaissance de terrain et droit de propriété signé le 07 Février 1995 en qualité de sixième témoin au nom de KOMAHE Togbui Kodjogan ne correspond à aucune de ses empreintes. Par conséquent ce document est un faux.”, peut-on lire à la conclusion d’expertise d’empreinte digitale produit par le Commissaire de police à la DCPJ SEGGU A. Atégou, expert agréé près les cours d’appels et tribunaux du Togo en police technique et scientifique en date du 14 janvier 2021.

Il ressort clairement de ce rapport que toutes les ventes de terres effectuées par le chef du village de Nimagnan, durant des années avec des empreintes attribuées à son cousin Kodjogan, co-mandaitre, relève du faux et donc sont frappées de nullité.

L’histoire remonte à 2007 et a été brossée par me comandataire blanchi KOMAHE Kodjogan, ce mardi 12 avril aux professionnels des médias, au cours d’une conférence de presse de présentation du rapport d’expertise.

Mes déboires ont commencé avec le Chef du Village de Nimagnan en janvier 2007, lorsque ce dernier a mis en vente des parcelles de terrain de plus dun hectare appartenant à la collectivité KOMAHE MENSAH dont je suis mandataire au même titre que lui. Un problème relatif à des signatures et empreintes digitales retrouvées sur certains documents de vente par le sieur KOMAHE SESSI Koami James, chef de village de Nimagnan de parcelle de terrain dans le village de Nimagnan et de ses alentours ma amené à saisir les autorités judiciaires, afin que justice soit faite dans ce dossier de vente de parcelles de terrain à Nimagnan dans lequel mon nom était cité, saisie dans laquelle je rejetais lauthenticité de ces documents sur lesquels figuraient mes empreintes digitales et mes signatures comme co-mandataire“, a confié ce dernier.

S’insurgeant contre ces ventes illicites des parcelles de terrain et dans le but de dénoncer ce comportement du Chef du village dans la vente des parcelles de terrain appartenant à la collectivité, KOMAHE Kodjogan n’a pas eu d’autres choix que de diligenter des procédures judiciaires au niveau des autorités compétentes afin de manifester son opposition à cette vente et de demander que justice soit rendue.

Fort de ce rapport qui vient une fois de plus lever l’équivoque sur les mauvais agissements de ce chef de village, KOMAHE Kodjogan, tout en félicitant la Gendarmerie et la Police Nationale Togolaise, la Justice et les autorités togolaises pour le professionnalisme et limpartialité dans les conclusions rendues pour faire de la justice togolaise un appareil qui protège les faibles et par-delà tous les togolais épris de justice, demande au Ministère de la Justice de dire enfin le droit dans cette affaire qui l’oppose au chef KOMAHE-SESSI Koami James.

Je sollicite humblement les autorités judiciaires du Togo à faire prévaloir mes droits afin que tous les documents de vente de parcelles de terrains que présente le sieur KOMAHE-SESSI Koami James et sur lesquels figurent mes empreintes et signatures soient purement et simplement annulés“, a déclaré le Sieur Kodjogan KOMAHE

Ce qui implique à n’en point douter, une pure et simple annulation de toutes les ventes de parcelles de terrain à Nimagnan et à ses alentours dirigées par KOMAHE SESSI Koami James.

Au delà, le chef du village faussaire, qui fait face à plusieurs plaintes à la justice qui se heurtent contre son immunité d’autorité traditionnelle, devrait se voir lever cette dernière, une procédure ayant déjà été enclenchée par le procureur auprès du ministre en charge de l’administration territoriale. Cela devrait permettre à la justice de faire son chemin et au chef de répondre de ses actes de faux et usage de faux.

Il devient clairement indéniable à l’heure actuelle que toute la collectivité KOMAHE s’attend à une réaction expresse et particulière à Son Excellence Monsieur le Président de la République qui devrait nommer une personne qui pourra gérer les plaintes contre le chef du village de Nimangna, qui ne sinquiète toujours pas de ses déboires juridiques.

Rappelons pour finir que dans le cadre de cette affaire, à la suite des différentes dénonciations respectives auprès du tribunal, le sieur KOMAHE SESSI Koami James a répliqué en novembre 2020 contre nous pour faux et usage de faux, incitation à la révolte, dénonciations calomnieuses et atteinte à lhonneur auprès de la Brigade Fluviale dAgbofrafo, des plaintes qui nont pas abouties pour défaut de preuves.

La Rédaction